Emmanuel Macron : Piètre DRH mais bon camarade

par contact@geopolitics.fr
6 minutes lire

Il est de coutume en politique de critiquer le côté partisan de tout exécutif. Les accusation de mettre l’Etat au service d’un clan », la dénonciation de la « chasse aux sorcières » ou au contraire, la mise en avant de l’« impartialité de l’Etat », tout cela est de la politique assez classique.

Emmanuel Macron a, lui, introduit une nouveauté. Créateur d’un mouvement sans corpus idéologique et rassemblant des personnalités d’horizons hétéroclites (pour ne pas dire opportunistes des deux bords), ce ne sont pas seulement ses amis politiques mais aussi ses camarades de promotion de l’ENA qui vont se voir bombarder (comme on dit en jargon militaire pour désigner une personne qui connait un avancement inhabituel et sans raison objective) à des postes assez improbables compte-tenu de leur âge et de leur (inex)expérience.

La fort mal nommée promotion « Léopold Sedar Senghor » extrêmement politisée et portant à son paroxysme le processus de reproduction sociale des élites a pénétré l’Etat à un niveau inégalé. Certains exemples emblématiques de ce copinage effréné illustrent cette dérive et le moins que l’on puisse dire est que cet entrisme n’est pas un franc succès :

Commençons par Amélie Oudéa-Castera qui se retrouva un temps à la fois Ministre de l’Education Nationale et des Sports avant que sa bourde sur l’école publique ne la mette dans le collimateur des enseignants, parents d’élèves et, globalement, de tous ceux attachés à l’école publique. Contre toute attente, elle ne sera pas poussée à la démission mais verra seulement son portefeuille ministériel retrouver sa configuration d’origine. Emmanuel Macron ne lâchera pas sa camarade de promotion.

Emmanuel Macron détestant les diplomates, ceux n’est pas aux plus chevronnés d’entre eux qu’il fera appel mais à ses condisciples de l’ENA.

  • Franck Paris, patron de la cellule Afrique pendant six années à l’Elysée sera partie prenante au déclin de la France en Afrique et à son départ forcé de la zone sahélienne dans des conditions peu glorieuses. N’ayant jamais été en poste en Afrique, ni même été ambassadeur où que ce soit, il aura vite la réputation d’un homme « qui connait mieux Bruxelles que l’Afrique ». Effectivement, il passa cinq années en poste en Belgique. Rappelons que Jacques Chirac désigna pour cette même fonction des diplomates aussi expérimentés que Michel Dupuch et Michel de Bonnecorse et que le choix de Nicolas Sarkozy se porta sur André Parant qui fut ambassadeur à des multiples reprises. De nombreux diplomates avaient le profil idoine : plusieurs fois ambassadeurs en Afrique, maîtrisant le sujet et conscients que les opinion publiques africaines devenaient très hostiles à la France. Mais ils avaient l’immense désavantage de ne pas appartenir à la promotion Léopold Sedar Senghor.
  • Toujours dans la diplomatie, le choix de Luis Vassy comme directeur de Cabinet de Catherine Colonna peut interroger. Nommé à 42 ans, alors que la tradition est de désigner un diplomate très expérimenté et « ayant de la bouteille », il aura été ambassadeur durant deux années aux Pays-Bas avant sa prise de fonction. Un peu court pour ce poste éminent ? De là à penser qu’il fut nommé pour « surveiller » Catherine Colonna, ne lui laisser aucune marge de manœuvre, et rendre compte à son camarade-président, il n’y a qu’un pas…. Luis Vassy, un temps pressenti pour devenir conseiller diplomatique du Président de la République, se voit désigner, désormais, la lourde tâche d’encadrer un ministre « novice », Stéphane Séjourné. Ni l’un, ni l’autre ne sauront répondre à la question sur les armes françaises fournies ou pas à Israël devant la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée Nationale, le 14 février dernier.
  • Pour conclure avec les diplomates macronistes issus de la Promotion Léopold Sedar Senghor, nous trouvons Xavier Chatel. Nommé Ambassadeur aux Emirats Arabes Unis en 2020 à un âge et un grade qui ne l’y prédisposaient pas, il lui a été attribué l’idée qui prit la forme de l’énorme bourde diplomatique d’Emmanuel Macron concernant “la mise en place d’une force anti-Hamas sur le modèle de celle anti-Daesch”. Peut-être est-ce injuste ? Un pseudo philosophe y aurait sa part…

    Il serait inconvenant d’oublier Charline Avenel qui fut rectrice de l’Académie de Versailles, entre 2018 et 2023. Emmanuel prendra un décret, le 24 octobre 2018, pour lui permettre d’accéder à cette fonction en assouplissant les conditions. Elle fut placée directement à la tête de la plus grande académie de France. Critiquée dans l’affaire de l’assassinat de Samuel Paty, elle aurait tardé à assurer la demande protection du professeur et s’apprêtait même à le réprimander vertement. Critiquée également pour son absence de réaction dans le cadre du harcèlement d’un adolescent qui finira par se suicider, elle ira jusqu’à menacer les parents d’une action pour « dénonciation calomnieuse » qu’ils commettraient à l’encontre du Lycée. L’intéressée marquera son goût prononcé pour le service publique en rejoignant ensuite le secteur privé, ce que l’on appelle « un pantouflage ».

    Enfin, l’actualité du jour est la démission de Mathias Vicherat de sa fonction de Directeur de Sciences-Po, après son renvoi en correctionnel pour une affaire de violences conjugales. Condisciple d’Emmanuel Macron au sein de cette fameuse promotion, nommé à 43 ans, l’intéressé l’avait emporté contre toute attente alors que son parcours (Directeur de Cabinet du Maire puis le Mairesse de Paris, la SNCF, le secteur privé), ne le prédisposait en rien à occuper cette fonction généralement dévolue à un universitaire. 

Les « bombardés » de la promotion Léopold Sedar Senghor ont donc un bilan pour le moins mitigé ce qui ne saurait en rien, naturellement, jeter l’opprobre (ou l’eau propre, à confirmer avec Sarah El Haïry) sur la grande majorité de cette promotion qui compte aussi des opposants politiques au Président de la République, Julien Aubert, notamment.

Et si l’on en revenait aux simple critères de l’expérience et de la compétence ? Les principes républicains de méritocratie en somme….

Vous aimerez aussi

Geopolitics.fr traite de l’actualité et analyse les questions politiques, internationales et de défense dans une perspective gaullo-chiraquienne et dans une démarche participative.

Newsletter

Abonnez-vous à ma newsletter pour de nouveaux articles de blog, des conseils et de nouvelles photos. Restons informés !

@2024 – All Right Reserved. Site réalisé par  Aum Web
Voulez-vous vraiment déverrouiller cet article ?
Restant à déverrouiller : 0
Êtes-vous sûr de vouloir annuler l'abonnement ?